Des citoyens ainés deviennent chercheurs à part entière

La population du Québec est de celles qui vieillissent le plus rapidement au monde. Déterminés à mieux répondre aux besoins des personnes âgées, des chercheurs de l’Université de Sherbrooke (UdeS) et du Centre de recherche sur le vieillissement (CDRV) du CIUSSS de l’Estrie-CHUS s’adjoignent la collaboration des plus grands experts : des citoyens ainés, qui prennent part à chacune des étapes d’une étude scientifique hors norme.

Une recherche faite par et pour les ainés

Assujetti à un système d’administration de la recherche qu’il juge éreintant, Martin Brochu, professeur-chercheur à la Faculté des sciences de l’éducation physique de l’UdeS ainsi qu’au CDRV, a eu l’idée de cette approche dite de co-construction. S’inspirant du mouvement Science for everyone, cette méthodologie de recherche participative fait appel aux membres et organisations de la société pour définir des projets de recherche et collaborer activement à la science.

Alors que plusieurs initiatives du genre invitent les ainés à participer à l’une ou l’autre des portions d’une recherche, cette étude en co-construction intègre les ainés au sein même de l’équipe afin que ceux-ci prennent part à toutes les étapes du processus . Au-delà des objectifs de recherche, l’approche contribue à l’émancipation, à la participation et à la reconnaissance sociale des ainés. Martin Brochu s’est tourné vers sa collègue du CDRV Suzanne Garon, spécialiste des questions relatives au développement des ainés et professeure-chercheuse à l’École de travail social de l’UdeS.

Il n’en fallait pas plus pour entreprendre l’aventure, qui a démarrée à l’automne 2016. Depuis, le noyau de chercheurs a recruté d’autres collègues ainsi que sept citoyens ainés, et l’équipe s’est constituée sous le nom de Groupe de Recherche Intergénérationnelle sur le Vieillissement de l’Estrie (GRIVE).

Le projet de recherche : la capacité d’agir des ainés

Le thème de recherche retenu au fil des discussions du groupe est «Valoriser et démystifier le vieillissement afin de garder la place des ainés dans la société». L’équipe du GRIVE souhaite développer la question de «l’empowerment» des ainés. Plus concrètement, les membres veulent échafauder dès l’automne prochain un projet-pilote qui adresse la capacité d’agir des ainés dans le contexte social actuel. L’étude compte explorer les capacités physique et mentale, le pouvoir sur la vie et les contraintes et limites sociales et personnelles.

Co-chercheurs de l’UdeS

  • Martin Brochu, professeur-chercheur à la Faculté des sciences de l’activité physique et au Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS
  • Mélisa Audet, doctorante en gérontologie à la Faculté de médecine et des sciences de la santé et chercheuse au Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS
  • Mario Paris, chargé de cours à l’École de travail social de la Faculté des lettres et sciences humaines et chercheur au Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS
  • Suzanne Garon, professeure à l’École de travail social de la Faculté des lettres et sciences humaines et chercheuse au Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Co-chercheuses ainées

  • Angèle Blais
  • Hélène Brochu
  • Claude Desjardins
  • Ginette King
  • Michèle La Haye
  • Lise Langlois
  • Christine Rousseau

 

Source : Sophie Payeur, Université de Sherbrooke