Consultation : Développer une collectivité amie des aînés ayant une perte d’autonomie cognitive

DÉVELOPPER UNE COLLECTIVITÉ AMIE DES AÎNÉS AYANT UNE PERTE D’AUTONOMIE COGNITIVE

Soutenir les aînés et leurs proches au sein de la communauté

Une équipe de recherche du Centre de recherche sur le vieillissement affilié à l’Université de Sherbrooke s’intéresse à la mobilisation d’une communauté bienveillante soutenant les aînés ayant une perte d’autonomie cognitive vivant à domicile et leurs proches.

Affiche de recrutement pour le projet "Développer une collectivité amie des aînés ayant une perte d'autonomie cognitive"
Affiche de recrutement

Dans le cadre de ce projet, nous souhaitons consulter les proches aidants qui offrent du soutien et de l’accompagnement à un aîné affecté par une perte cognitive. Par exemple: changements au niveau de l’humeur, notamment plus d’irritabilité, oublis fréquents, incapacité à se souvenir d’informations simples ou difficulté à s’orienter. Le projet se déploie au sein de la municipalité de Sherbrooke. Votre proche doit donc habiter dans cette ville.

Le but du projet est d’identifier les besoins des aînés touchés par une perte d’autonomie cognitive, et ainsi leur permettre de participer le mieux possible à toutes les sphères de la vie en société. En tant qu’aidant, vous avez une fine connaissance de la réalité vécue et des besoins de votre proche.

CHERCHEURE PRINCIPALE RESPONSABLE DE L’ÉTUDE :

Véronique Provencher, Ph.D, FMSS, Université de Sherbrooke

VOUS ÊTES INTÉRESSÉS À PARTICIPER À CE PROJET DE RECHERCHE?

Communiquez avec Émilie Dugré, coordonnatrice du projet:

emilie.dugre.ciussse-chus@ssss.gouv.qc.ca

819-780-2220 poste 45660

Rapport-synthèse de la journée d’échanges intersectorielle «Vieillir chez soi».

Rapport synthèse de l'activité "Vieillir chez soi"
Rapport synthèse de l’activité « Vieillir chez soi »

Le 20 juin 2018, le LIPPA a été invité, à l’initiative de la Fondation l’Accolade, à mettre en place une activité de co-construction des savoirs et des expériences, selon la philosophie du laboratoire vivant, pour comprendre les enjeux associés au «vieillir chez soi». Avec comme question centrale «comment, comme communauté, pouvons‐nous mieux cibler les besoins des ainés et repenser nos façons de faire afin de les soutenir pour qu’ils demeurent chez eux le plus longtemps possible? », 53 acteurs du secteur de la recherche (étudiants, chercheurs, agents de recherche), mais aussi des intervenants des milieux clinique et communautaire, ainsi que des proches‐aidants ont pris part à trois ateliers de façon à mieux cibler les besoins à combler en matière de maintien à domicile des citoyens ainés de la grande région sherbrookoise, et 2) provoquer l’émergence d’idées nouvelles à mettre en place pour répondre à ces besoins.

Continuer la lecture de « Rapport-synthèse de la journée d’échanges intersectorielle «Vieillir chez soi». »

Communication et tensions dans les laboratoires vivants

Dany Baillargeon, professeur en communication appliquée au Département des lettres et communications, et Hélène Bruneau, étudiante à la maîtrise en communications, s’intéressent à la communication entre les parties prenantes d’un laboratoire vivant de façon à voir comment les interactions – entre les individus, mais également avec les objets (textes, tableaux, présentations) – permettent au living lab de se constituer, d’évoluer, de s’adapter. Entre autres, ils étudient la façon dont les tensions qui émergent, et leurs résolutions, vient donner une forme, une configuration aux travaux du LIPPA.

Publications en lien avec ce programme de recherche

Baillargeon, D. & Bruneau, H. (sous presse). Communication et dynamiques d’hybridation dans les organisations de type laboratoire vivant : un regard constitutif sur le démarrage d’un living lab au service des aînés. Recherches en communication. http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/

Baillargeon, D. & Bruneau, H. (2018, 13-16 juin). (Re)faire sa place : un point de vue communicationnel sur les enjeux d’appartenance dans les organisations ouvertes. Le cas d’un living lab en gérontologie. Colloque SFSIC18 : XXIe congrès de la Sfsic – Création, créativité et médiations, SFSIC, Paris: Maison des sciences de l’homme. 

Baillargeon, D. (2018, 9 mai). Penser les tensions inhérentes à la mise en place d’un living lab en milieu institutionnel. Un point de vue communicationnel. Colloque Savoirs, innovations collectives et Living Labs : de la pensée à l’action et vice versa, 86e Congrès de l’ACFAS, Chicoutimi, Université du Québec à Chicoutimi. 

Baillargeon, D. & Bruneau, H. (2017, 8-9 mai). Les tensions constitutives des organisations hybrides : l’implantation d’une méthodologie laboratoire vivant (living lab) ami des aînés. Colloque Entre marché, état et société civile : explorer la nature paradoxale des organisations hybrides, 85e congrès de l’ACFAS, Université McGill, Montréal. 

 

 

Des citoyens ainés deviennent chercheurs à part entière

La population du Québec est de celles qui vieillissent le plus rapidement au monde. Déterminés à mieux répondre aux besoins des personnes âgées, des chercheurs de l’Université de Sherbrooke (UdeS) et du Centre de recherche sur le vieillissement (CDRV) du CIUSSS de l’Estrie-CHUS s’adjoignent la collaboration des plus grands experts : des citoyens ainés, qui prennent part à chacune des étapes d’une étude scientifique hors norme.

Continuer la lecture de « Des citoyens ainés deviennent chercheurs à part entière »