Carnet de route 2 de la trajectoire domiciliaire : deuxième rencontre du comité de pilotage qui décortique les différentes parties prenantes

Résultat de l’activité de la cartographie des parties prenantes

Projet : Outil d’aide à la décision sur les trajectoires domiciliaire

À retenir


  • L’outil n’est qu’un morceau dans toute la problématique entourant la trajectoire domiciliaire. Il ne peut pas tout régler, mais son objectif est de faire un petit pas pour aider les aînés dans cette étape. 
  • Il y a une ribambelle d’aînés. Il est donc important d’en recruter une variété afin d’obtenir toutes sortes de points de vue différents et ainsi créer un outil qui représente les intérêts variés de ce groupe de population. 
  • Il est important de trouver un jargon dans lequel les aînés ainsi que les membres du comité de pilotage puissent se comprendre. Il faut encourager la vulgarisation et l’évitement de terme trop scientifiques lors des phases de recrutement ainsi que lors des ateliers. 

Moment du projet

Cette deuxième rencontre du comité de pilotage se situe 5 semaines après la première rencontre. Celle-ci a principalement servi à mettre en place le comité de pilotage, permettant aux membres d’en apprendre plus sur les expériences professionnelles des autres et d’installer des valeurs au sein du groupe. Ainsi, la deuxième rencontre du comité de pilotage, toujours située dans la phase de planification d’un laboratoire vivant, s’est concentrée sur l’organisation générale des grandes étapes du projet de la conception d’un outil.

Continuer la lecture de « Carnet de route 2 de la trajectoire domiciliaire : deuxième rencontre du comité de pilotage qui décortique les différentes parties prenantes »

Rapport d’activités 2018 – 2019

C’est avec fierté et enthousiasme que le comité de gestion du Laboratoire d’innovations par et pour les ainés (LIPPA) du Centre de recherche sur le vieillissement (CdRV) vous présente son rapport annuel. Vous découvrirez, dans ses pages, les diverses activités et réalisations accomplies par les membres de notre organisation durant les 12 derniers mois.

Continuer la lecture de « Rapport d’activités 2018 – 2019 »

Carnet de route 1 – Trajectoire domiciliaire : le comité de pilotage définit son fonctionnement

Résultat de l’activité brise-glace du comité de pilotage

Projet : Outil d’aide à la décision sur les trajectoires domiciliaire

Moment du projet

C’était la première rencontre du comité de pilotage, qui représente les débuts officiels du projet de création de l’outil. Selon les phases d’un laboratoire vivant, cette première rencontre se situe dans la phase de planification. Cette phase est constituée de deux principales tâches : mettre en place le comité de pilotage et planifier les grandes étapes générales qui serviront de repères au projet.

Continuer la lecture de « Carnet de route 1 – Trajectoire domiciliaire : le comité de pilotage définit son fonctionnement »

Rapport d’activités 2017-2018

Rapport d'activités 2017-2018
Rapport d’activités 2017-2018

Le comité de gestion du Laboratoire d’innovations par et pour les ainés (LIPPA) du Centre de recherche sur le vieillissement est très fier de vous présenter son 1e rapport d’activités officiel, celui-ci couvant la période s’échelonnant du mois de janvier 2017 à celui de juillet 2018. Vous découvrirez, dans les pages qui suivent, l’ensemble des activités et projets innovants ayant été initiés et soutenus par les membres de notre équipe.

Continuer la lecture de « Rapport d’activités 2017-2018 »

Rapport-synthèse de la journée d’échanges intersectorielle «Vieillir chez soi».

Rapport synthèse de l'activité "Vieillir chez soi"
Rapport synthèse de l’activité « Vieillir chez soi »

Le 20 juin 2018, le LIPPA a été invité, à l’initiative de la Fondation l’Accolade, à mettre en place une activité de co-construction des savoirs et des expériences, selon la philosophie du laboratoire vivant, pour comprendre les enjeux associés au «vieillir chez soi». Avec comme question centrale «comment, comme communauté, pouvons‐nous mieux cibler les besoins des ainés et repenser nos façons de faire afin de les soutenir pour qu’ils demeurent chez eux le plus longtemps possible? », 53 acteurs du secteur de la recherche (étudiants, chercheurs, agents de recherche), mais aussi des intervenants des milieux clinique et communautaire, ainsi que des proches‐aidants ont pris part à trois ateliers de façon à mieux cibler les besoins à combler en matière de maintien à domicile des citoyens ainés de la grande région sherbrookoise, et 2) provoquer l’émergence d’idées nouvelles à mettre en place pour répondre à ces besoins.

Continuer la lecture de « Rapport-synthèse de la journée d’échanges intersectorielle «Vieillir chez soi». »

Le LIPPA obtient une subvention pour lancer une recherche sur la mobilité aînée

Les professeurs Véronique Provencher, Patrick Boissy, Nathalie Delli-Colli, Dany Baillargeon, Hélène Pigot et Mélanie Levasseur – tous chercheuses et chercheurs au LIPPA – viennent d’obtenir une subvention pour le projet «Soutenir ensemble la mobilité d’ainés présentant des incapacités : comment une application mobile peut-elle favoriser leur utilisation du transport en commun et leur participation sociale? » financé par Société inclusive.

Ce projet a été développé en collaboration avec la Société de transport de Sherbrooke (STS), Sercovie et la Table régionale de concertation des aînés de l’Estrie.

Continuer la lecture de « Le LIPPA obtient une subvention pour lancer une recherche sur la mobilité aînée »

Communication et tensions dans les laboratoires vivants

Dany Baillargeon, professeur en communication appliquée au Département des lettres et communications, et Hélène Bruneau, étudiante à la maîtrise en communications, s’intéressent à la communication entre les parties prenantes d’un laboratoire vivant de façon à voir comment les interactions – entre les individus, mais également avec les objets (textes, tableaux, présentations) – permettent au living lab de se constituer, d’évoluer, de s’adapter. Entre autres, ils étudient la façon dont les tensions qui émergent, et leurs résolutions, vient donner une forme, une configuration aux travaux du LIPPA.

Publications en lien avec ce programme de recherche

Baillargeon, D. & Bruneau, H. (sous presse). Communication et dynamiques d’hybridation dans les organisations de type laboratoire vivant : un regard constitutif sur le démarrage d’un living lab au service des aînés. Recherches en communication. http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/

Baillargeon, D. & Bruneau, H. (2018, 13-16 juin). (Re)faire sa place : un point de vue communicationnel sur les enjeux d’appartenance dans les organisations ouvertes. Le cas d’un living lab en gérontologie. Colloque SFSIC18 : XXIe congrès de la Sfsic – Création, créativité et médiations, SFSIC, Paris: Maison des sciences de l’homme. 

Baillargeon, D. (2018, 9 mai). Penser les tensions inhérentes à la mise en place d’un living lab en milieu institutionnel. Un point de vue communicationnel. Colloque Savoirs, innovations collectives et Living Labs : de la pensée à l’action et vice versa, 86e Congrès de l’ACFAS, Chicoutimi, Université du Québec à Chicoutimi. 

Baillargeon, D. & Bruneau, H. (2017, 8-9 mai). Les tensions constitutives des organisations hybrides : l’implantation d’une méthodologie laboratoire vivant (living lab) ami des aînés. Colloque Entre marché, état et société civile : explorer la nature paradoxale des organisations hybrides, 85e congrès de l’ACFAS, Université McGill, Montréal. 

 

 

Vieillir chez soi. Journée d’échanges intersectionnelle sur le maintien chez soi des citoyens aînés.

Mise en contexte

Le milieu de vie constitue un facteur de protection crucial pour le bien-être et la qualité de vie des aînés. Ces derniers souhaitent demeurer dans leur domicile le plus longtemps possible, ce qui leur est bénéfique. Les études démontrent d’ailleurs que rester chez soi a des effets positifs sur la santé globale et biopsychosociale des aînés.

Dans un contexte de vieillissement de la population, favoriser le maintien à domicile semble ainsi un incontournable. À Sherbrooke, selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), le nombre de personnes de 65 ans et plus passera de 30 056 en 2016 à 50 054 en 2036, ce qui représente une augmentation de 67%. En ce qui concernent les citoyens sherbrookois de 75 ans et plus – ceux qui sont d’ailleurs les plus susceptibles d’avoir besoin de soutien à domicile – l’ISQ indique que leur nombre fera plus que doubler, passant de 13 442 en 2016 à 30 085 en 2036, une augmentation 124%.

Le système public a son rôle à jouer dans le soutien à domicile des aînés, mais la pression du vieillissement de la population sur les finances publiques est importante et il serait étonnant qu’il puisse à lui seul répondre à l’entièreté de ces besoins qui sont grandissants.

Cette situation interpelle ainsi aujourd’hui différents acteurs de multiples horizons. Comment, comme communauté, pouvons-nous mieux cibler les besoins des ainés et repenser nos façons de faire afin de les soutenir pour qu’ils demeurent chez eux le plus longtemps possible?

Dans un tel contexte, une toute nouvelle fondation sherbrookoise, la Fondation l’Accolade, a interpelé le LIPPA avec la volonté de mieux comprendre les enjeux liés au maintien à domicile des ainés sur le territoire du grand Sherbrooke et de réfléchir avec une diversité d’acteurs aux solutions potentielles à envisager. La mission du LIPPA étant de créer des espaces de partenariats intersectoriels libres de préjugés de façon à permettre la découverte et la mise en place de solutions innovantes, pérennes, pour et avec les aînés, l’événement poursuit deux objectifs :

Objectifs

  • Mieux cibler les besoins à combler en matière de maintien à domicile des citoyens aînés de la grande région sherbrookoise.
  • Provoquer l’émergence d’idées nouvelles à mettre en place pour répondre à ces besoins.

Pour qui?

  • Les aînés de la grande région sherbrookoise, particulièrement ceux de 75 ans ou plus
  • Leurs proches-aidants
  • Les intervenants d’organisations offrant des services aux aînés
  • Les cliniciens
  • Les chercheurs qui s’intéressent à la thématique du « vieillissement chez soi »
  • Les représentants du secteur municipal et para-municipal

Un laboratoire vivant ami des aînés : une nouvelle approche d’innovation interdisciplinaire

Des barrières provenant de l’environnement interfèrent avec une participation optimale des aînés à des activités de la vie courante, à leur domicile ou dans la communauté. Le laboratoire vivant (LivingLab) constitue une approche interdisciplinaire favorisant la co-création de solutions pour atténuer ces barrières. Plus encore, cette méthodologie de recherche participative est basée sur une approche concertée et perméable entre plusieurs acteurs (citoyens, chercheurs, partenaires publics et privés), issus de divers domaines en vue de co-créer des solutions innovantes développées et déployées dans le vécu de l’aîné.

Apprenez en davantage sur la philosophie des laboratoires vivants et leur mode de fonctionnement de même que l’avancement des travaux du Centre de recherche sur le vieillissement (CDRV) en vue de créer un premier laboratoire vivant ami des ainés.

Conférence de Kim Sawchuk : Innovation ouverte, recherche participative, laboratoire vivant

Innovation ouverte, recherche participative, laboratoire vivant : les nouveaux modes d’organisation en innovation et leurs défis.

Cette conférence, présentée par Kim Sawchuk, professeure au Département des études en communication de l’Université Concordia, titulaire de la Chaire de recherche de l’Université Concordia en études des médias mobiles et directrice de centre ACT (Ageing + Communication + Technologies), a été organisée le cadre du séminaire Communication, créativité et organisations et dans la foulée des travaux du LIPPA.

Continuer la lecture de « Conférence de Kim Sawchuk : Innovation ouverte, recherche participative, laboratoire vivant »