Rapport-synthèse de la journée d’échanges intersectorielle «Vieillir chez soi».

Rapport synthèse de l'activité "Vieillir chez soi"
Rapport synthèse de l’activité « Vieillir chez soi »

Le 20 juin 2018, le LIPPA a été invité, à l’initiative de la Fondation l’Accolade, à mettre en place une activité de co-construction des savoirs et des expériences, selon la philosophie du laboratoire vivant, pour comprendre les enjeux associés au «vieillir chez soi». Avec comme question centrale «comment, comme communauté, pouvons‐nous mieux cibler les besoins des ainés et repenser nos façons de faire afin de les soutenir pour qu’ils demeurent chez eux le plus longtemps possible? », 53 acteurs du secteur de la recherche (étudiants, chercheurs, agents de recherche), mais aussi des intervenants des milieux clinique et communautaire, ainsi que des proches‐aidants ont pris part à trois ateliers de façon à mieux cibler les besoins à combler en matière de maintien à domicile des citoyens ainés de la grande région sherbrookoise, et 2) provoquer l’émergence d’idées nouvelles à mettre en place pour répondre à ces besoins.

Continuer la lecture de « Rapport-synthèse de la journée d’échanges intersectorielle «Vieillir chez soi». »

Vieillir chez soi. Journée d’échanges intersectionnelle sur le maintien chez soi des citoyens aînés.

Mise en contexte

Le milieu de vie constitue un facteur de protection crucial pour le bien-être et la qualité de vie des aînés. Ces derniers souhaitent demeurer dans leur domicile le plus longtemps possible, ce qui leur est bénéfique. Les études démontrent d’ailleurs que rester chez soi a des effets positifs sur la santé globale et biopsychosociale des aînés.

Dans un contexte de vieillissement de la population, favoriser le maintien à domicile semble ainsi un incontournable. À Sherbrooke, selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), le nombre de personnes de 65 ans et plus passera de 30 056 en 2016 à 50 054 en 2036, ce qui représente une augmentation de 67%. En ce qui concernent les citoyens sherbrookois de 75 ans et plus – ceux qui sont d’ailleurs les plus susceptibles d’avoir besoin de soutien à domicile – l’ISQ indique que leur nombre fera plus que doubler, passant de 13 442 en 2016 à 30 085 en 2036, une augmentation 124%.

Le système public a son rôle à jouer dans le soutien à domicile des aînés, mais la pression du vieillissement de la population sur les finances publiques est importante et il serait étonnant qu’il puisse à lui seul répondre à l’entièreté de ces besoins qui sont grandissants.

Cette situation interpelle ainsi aujourd’hui différents acteurs de multiples horizons. Comment, comme communauté, pouvons-nous mieux cibler les besoins des ainés et repenser nos façons de faire afin de les soutenir pour qu’ils demeurent chez eux le plus longtemps possible?

Dans un tel contexte, une toute nouvelle fondation sherbrookoise, la Fondation l’Accolade, a interpelé le LIPPA avec la volonté de mieux comprendre les enjeux liés au maintien à domicile des ainés sur le territoire du grand Sherbrooke et de réfléchir avec une diversité d’acteurs aux solutions potentielles à envisager. La mission du LIPPA étant de créer des espaces de partenariats intersectoriels libres de préjugés de façon à permettre la découverte et la mise en place de solutions innovantes, pérennes, pour et avec les aînés, l’événement poursuit deux objectifs :

Objectifs

  • Mieux cibler les besoins à combler en matière de maintien à domicile des citoyens aînés de la grande région sherbrookoise.
  • Provoquer l’émergence d’idées nouvelles à mettre en place pour répondre à ces besoins.

Pour qui?

  • Les aînés de la grande région sherbrookoise, particulièrement ceux de 75 ans ou plus
  • Leurs proches-aidants
  • Les intervenants d’organisations offrant des services aux aînés
  • Les cliniciens
  • Les chercheurs qui s’intéressent à la thématique du « vieillissement chez soi »
  • Les représentants du secteur municipal et para-municipal