Qu’est-ce que l’outil d’aide à la trajectoire domiciliaire?

Explication brève du projet et de la différence entre régional et national.


Carnet de route du projet

Suivez chacune des étapes de cet ambitieux projet grâce aux carnets de route. Chacun relate les objectifs, les défis, les réussites, bref, l’avancement du projet.

Communication des résultats

Restez à l’affut des publications et des activités grand public qui vous permettront de connaître les résultats de cette recherche.

  • Articles scientifiques
  • Événements grand public

Participants recherchés

Le LIPPA aime croiser les expériences et les connaissances des gens : c’est de cette façon que les idées surprenantes peuvent naître pour ensuite devenir des innovations.

Vous aimeriez faire partie de groupe de participants qui contribueront activement au développement de la prochaine innovation du LIPPA ? Surveillez régulièrement les pages de nos différents projets pour savoir lesquels recherchent des participants. Vous pouvez également remplir le deuxième formulaire dans la page « Participer à l’innovation » et nous faire savoir que vous souhaitez participer à un projet.


1. Le projet initial régional

L’objectif général de ce projet de recherche est de développer un outil d’accompagnement par et pour les aînés, en établissant un partenariat avec la Fédération de l’âge d’or du Québec (FADOQ)-Région Estrie, pour les soutenir dans les transitions de leur trajectoire domiciliaire (passage d’un lieu de résidence à un autre). La FADOQ-Région Estrie reçoit des centaines d’appels de personnes âgées et de proches ayant besoin d’être conseillés dans leur recherche d’information sur les différents types d’habitation collective et orientés dans leur prise de décision. Grâce à l’outil d’aide à la transition domiciliaire, les aînés pourront prendre en main leur choix de milieu de vie.

Comité de pilotage

2019 – 2021

  • Dany Baillargeon, professeur, département de communication, Université de Sherbrooke et chercheur associé au Centre de recherche sur le vieillissement
  • Nathalie Delli-Colli, professeure, école de travail social, Université de Sherbrooke et chercheuse au Centre de recherche sur le vieillissement
  • Juliette Demers, citoyenne aînée
  • Pauline Dumoulin, administratrice de la FADOQ – Région Estrie
  • Catherine Girard, auxiliaire de recherche et étudiante à la maitrise en gérontologie, Université de Sherbrooke
  • Martine Grégoire, directrice générale de la FADOQ – Région Estrie

2019

  • Audrey Chagnon, auxiliaire de recherche et étudiante à la maitrise en communication au département de communication, Université de Sherbrooke
  • Pierre Daigle, membre de la FADOQ – Région Estrie et membre du LIPPA

Détails du projet

Il existe plusieurs types d’habitation collective au Québec. Nous pouvons les regrouper en quatre grandes catégories :1) coopérative ou organisme sans but lucratif d’habitation communautaire, 2) habitation publique ou affilée à un établissement public (ressource intermédiaire [RI], centre d’hébergement et de soins de longue durée [CHSLD]) ; 3) privée (résidence privée pour aînés et 4) les appartements et les condos sans service spécifique dans une municipalité. Seules les habitations publiques (catégorie 2) requièrent un processus d’évaluation et d’orientation formel effectué par un professionnel de la santé et des services sociaux pour s’assurer de l’adéquation entre le niveau de services requis et le type d’habitation (RI ou CHSLD). Pour les autres catégories d’habitation, les aînés et leurs proches doivent se débrouiller par eux-mêmes pour obtenir des informations, réfléchir aux diverses options et mesurer le pour et le contre en vue de prendre une décision que l’on souhaite éclairée

L’éparpillement et la fragmentation des informations disponibles constituent le principal défi. Actuellement, lorsqu’un aîné et un proche recherchent de l’information, ils doivent consulter plusieurs documents ou sites web sans être assurés d’avoir l’ensemble des renseignements utiles à la prise de décision. : coûts, bail, déménagement, types de services. D’autres considérations moins frappantes, mais qui auront un impact significatif sur une transition positive ou négative : règlements dans le milieu, activités offertes, espace commun, vivre avec d’autres personnes, intimité, inclusion dans un groupe, etc. Présentement, Il n’y pas de d’outil destiné à accompagner les aînés et leurs proches pour s’informer et pour s’orienter lors d’une transition dans la trajectoire domiciliaire.

Au centre de recherche sur le vieillissement du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie-Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, le Laboratoire d’Innovations Par et Pour les aînés (LIPPA) met de l’avant une perspective d’innovation ouverte, telle que promue dans les laboratoires vivants (LV). Cette approche est reconnue comme particulièrement favorable lorsqu’il est question de considérer les besoins de populations spécifiques, telles que les ainés. Concrètement, cela signifie que les expériences et les expertises des aînés et des proches contribuent, avec celles des autres parties prenantes, chercheurs, FADOQ-Région Estrie et acteurs du milieu de l’habitation à l’enrichissement de toutes les étapes de l’innovation. Dans le projet, les aînés et les proches participeront en co-créant des contenus de l’outil en fonction de leur réalité, en co-construisant l’outil avec les acteurs du milieu de l’habitation et en le testant pour s’assurer qu’il répond au besoin d’information et d’orientation lors d’une transition dans la trajectoire domiciliaire d’un aîné.

La mise ne commun des intérêts et des expertises de l’équipe de recherche et de la FADOQ-Région Estrie permettra d’offrir un outil plus riche pour les aînés et les proches. Les ressources et les efforts consentis par la FADOQ-Région Estrie démontrent un engagement réel dans la réussite de la mise en œuvre de ce projet.

Période

Mai 2019 à mai 2021

Financement

Cette recherche est financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH)

Initiatives stratégiques du Centre de recherche sur le vieillissement 2020-2021.


2. Le projet national

L’objectif de ce volet national est de poursuivre le projet initial de cocréation de l’outil d’aide à la trajectoire domiciliaire et déployer l’outil à tous les utilisateurs potentiels du Québec. Cet outil accompagne les personnes aînées vers une démarche active, autonome et éclairée dans le choix de leur milieu de vie, tout en favorisant le dialogue avec les proches. 

Déroulement du projet

Phase 1  : 2021 – 2022

Valider et prétester l’outil avec un groupe d’aînés et de proches qui planifient une expérience de transition domiciliaire et documenter les facilitateurs et les obstacles à son utilisation.

Phase 2 : 2022 – 2023

Expérimenter l’outil en contexte de vie réelle auprès d’aînés et de proches pour en évaluer l’utilité, la pertinence et l’utilisabilité.

Phase 3 : 2023 – 2024

Élaborer une stratégie de transfert de connaissances de l’outil adaptée à la réalité des partenaires.

Nos partenaires

Le Réseau FADOQ est le plus grand organisme pour aînés du Canada. Celui-ci rassemble et représente 550 000 personnes aînées québécoises.

Son but principal est d’améliorer et de conserver leur qualité de vie. Au cours des 50 dernières années, le Réseau a développé une connaissance fine des enjeux de l’habitation à l’échelle nationale et en a fait un dossier prioritaire. À ce titre, il formule de nombreuses revendications en faveur du respect et de la défense des droits des aînés locataires, propriétaires ou résidant dans une résidence privée pour aînés.

La Fédération des Centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (FCAAP) a une vaste connaissance des difficultés liées à la trajectoire domiciliaire et regroupe treize bureaux répartis dans les régions sociosanitaires du Québec. 

Elle a pour mission de faire connaître le mandat des CAAP, de les soutenir dans le déploiement de leur mission, de susciter le partage et la concertation entre ses membres, et d’agir comme porte-parole pour tout ce qui concerne leurs intérêts collectifs. Une de leur expertise est d’informer et de défendre les droits des personnes qui vivent en résidences privées pour aînés.

Fondé en 2009, l’Appui pour les proches aidants est un organisme à but non lucratif financé par le gouvernement du Québec. Son mandat principal consiste à soutenir le déploiement de services de répit, de formation et de soutien psychosocial, par le financement des organismes présents dans les milieux, et ce, à l’échelle du Québec. L’Appui propose aussi un service professionnel, Info-aidant, qui apporte écoute, information et références aux proches aidants et aux professionnels. Il est confidentiel et gratuit. L’Appui offre, entre autres, un soutien aux proches aidants sur les questions reliées aux milieux de vie

Comité de pilotage

  • Serge Arel, directeur du CAAP​ – Estrie
  • Dany Baillargeon, professeur, département de communication, Université de Sherbrooke et chercheur associé au centre de recherche sur le vieillissement
  • Julie Bickerstaff, coordonnatrice générale – service Info-aidant, L’Appui national​
  • André Chartier, président du Club FADOQ – Frontalières​
  • Nathalie Delli Colli, professeure et directrice de l’École de travail social, Université de Sherbrooke et chercheuse au centre de recherche sur le vieillissement
  • Juliette Demers, citoyenne aînée
  • Pauline Dumoulin, présidente du Club FADOQ – St-Adrien​
  • Catherine Girard, coordonnatrice de projet, Université de Sherbrooke et centre de recherche sur le vieillissement
  • Martine Grégoire, directrice générale de la FADOQ – Région Estrie
  • Yolande Leduc Leblanc, citoyenne aînée​
  • Julie Silveira, conseillère en programmes sociaux, Réseau FADOQ​

Financement pour la recherche

Cette recherche est financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH).